Syndicat d'Initiative et de Promotion Touristique Frameries

Newsletters

La forêt de Colfontaine s’étend sur le territoire d’Eugies, Sars-la-Bruyère, Dour et Blaugies.

Elle se compose des Bois de Blaugies, de Sars, de Montroeul et de ceux de Saint-Ghislain et de Robertsars.

Elle est entrecoupée de plusieurs petites vallées et de valons qui aboutissent à de grands plateaux. Au fond de ces vallées coulent de paisibles ruisseaux (Mouligneau, de Colfontaine,...). Il y a quelques sources (du Cerisier, de l’Ermite,…).

maison-fenelonLa Maison Fénelon

Fénelon en disgrâce à la Cour de France fut relégué à l’archevêché de Cambrai. Vu qu’il appréciait la région du Bois de Colfontaine, il y aurait fait construire « La Belle Maison », sous les plans de l’architecte Mansart. Située dans un jardin clôturé à l’orée du bois de Colfontaine, il s’agit d’une bâtisse blanchie du dernier tiers du XVIIIème siècle. Elle est particulièrement intéressante par la toiture d’ardoises à la Mansart, prise entre des pignons débordants au profil incurvés. Elle présente dix travées basses et inégales en briques et pierres chaulées. L’édifice a été réaffecté comme école et chapelle.

Selon la tradition populaire, Fénélon l’aurait occupée et y aurait écrit un ou plusieurs chapitres de  « Télémaque »… !

Il organisa l’exploitation de la forêt de Colfontaine. Pour le transport du bois, il y fit construire l’avenue qui porte aujourd’hui son nom, afin d’atteindre la Haine qui devait porter le bois vers l’Escaut et la France.

tour-du-lait-bure

En outre, il combattit le protestantisme, important dans la région. La chasse aux hérétiques ayant débuté avec la révocation de l’Edit de Nantes XIV en 1685.

Après la Bataille de Malplaquet de 1709, Fénelon aurait soigné les blessés des armées de Boufflers et Villers. A noter qu’une partie des batailles eut lieu dans ses bois.

Biographie de Fénelon (François de Salignac de La Mothe-Fénelon ; Périgord, 1651 — Cambrai, 1715) :

Prélat et écrivain français appartenant à une famille de vieille noblesse, il fut ordonné prêtre en 1675. Il fut choisi, en 1689, pour assurer l'éducation du duc de Bourgogne.

Il fut nommé archevêque de Cambrai en 1695. L'affaire du quiétisme et ses démêlés avec Bossuet le firent exiler dans son diocèse à partir de 1697. Son « Explication des maximes des saints sur la vie intérieure » ( 1697), fut condamnée à Rome en 1699. La publication des « Aventures de Télémaque » (1699), qui aurait été écrites à Colfontaine et qui passa pour 

une critique du gouvernement de Louis XIV, rendait impossible son retour en grâce auprès du roi.

L'œuvre de Fénelon comprend des ouvrages de théologie, des œuvres destinées à l'éducation, des textes littéraires, des critiques, quelques écrits politiques et une abondante correspondance.

Fénelon essayait toujours dans son œuvre très variée, comme dans sa correspondance, de faire prévaloir son point de vue, d'enseigner et de convaincre.

La Tour du Lait Buré (Entrée du Bois de Colfontaine)

La Tour du Lait Buré est un lieu de détente, cette habitation circulaire est le nom d'une taverne à l'orée du Bois.

Source : Centre e-Doc de la Région des Hauts-Pays